Zone Cémac : Le Comité de politique monétaire relève le taux de croissance de 1,5 % contre +0,2 % en 2017


Le 18 décembre dernier au siège de la BEAC à Yaoundé au Cameroun, le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), Abbas Mahamat Tolli, a présidé la dernière session du Comité de politique monétaire (CPM) de l’année 2018.

Au cours de cette réunion, le Comité de Politique Monétaire est chargé de définir la stratégie et les objectifs de la politique monétaire ainsi que les modalités de leur mise en œuvre, a adopté d’importantes mesures en matière de politique macroéconomique de la sous-région.

Il s’agit notamment de la révision du taux de croissance réelle de 1,5 % contre +0,2 % en 2017 ; d’une progression du niveau général des prix d’environ 1,7 % en moyenne annuelle, contre 0,9 % en 2017 ; d’un excédent du solde budgétaire, base engagements, dons compris, de 0,8 % du PIB, contre un déficit de 3,7 % du PIB en 2017 ; d’une contraction du compte courant à -3,1 % du PIB, contre -4,2 % du PIB en 2017 et enfin d’une expansion de la masse monétaire de 5,5 %, pour un taux de couverture extérieure de la monnaie qui se situerait autour de 60,7 %.

Tenant compte de ces évolutions macroéconomiques de la sous-région attendues pour 2018, et des perspectives favorables à moyen terme, et après analyse du fonctionnement du marché monétaire et des facteurs de risques pesant sur la stabilité monétaire, le CPM a décidé de : maintenir inchangé le taux d’Intérêt des appels d’offres ; relever le taux de la facilité marginale de prêt de 75 points de base pour le porter de 5,25 % à 6,00 % ; maintenir inchangé le taux de facilité marginale de dépôt et enfin de  relever le taux de pénalité aux banques de 75 points de base pour le porter de 7,55 % à 8,30 % ;   maintenir inchangé les coefficients des réserves obligatoires.

Au propos du relèvement du taux de la facilité marginale de prêt, le CPM indique qu’il traduit la volonté de la Banque centrale d’appuyer les réformes du cadre opérationnel de sa politique monétaire.

Laisser un commentaire