Conjoncture : «Le compte du Gabon à la BeaC n’a pas de problèmes de signature»

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Ministre de l’Economie, Jean Marie Ogandaga

L’information a été révélée le 11 mars dernier par le ministre de l’Economie, Jean Marie Ogandaga, à la faveur d’une séance de travail présidée par le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, en présence du gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), Abbas Mahamat Tolli.

Cette rencontre élargie aux représentants des banques installées au Gabon avaient pour principaux enjeux d’apporter des clarifications sur certains textes réglementaires dans le système bancaire, d’édifier les opérateurs économiques basés au Gabon sur la question relative à la mise en place d’un nouveau texte de réglementation d’alimentation de changes à la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC). Il s’agissait également pour Julien Nkoghe Bekale de réunir toutes les parties prenantes au système bancaire afin de dissiper les nombreuses incompréhensions dues à l’application des textes réglementaires en vigueur dans la sous-région CEMAC en matière de système de changes et bancaire. Au cours de cette rencontre, des questions relatives au système bancaire, de changes et à la profession, ont également été évoquées. Ainsi, à la demande du Premier ministre, un mémorandum sera remis au gouverneur de la BEAC, qui lui se chargera, dans le respect des textes en vigueur, d’apporter les souplesses nécessaires pour permettre aux opérateurs économiques de continuer d’assurer la pleine conformité dans les transactions de fonds.

Ce, du fait que toute émission desdits fonds doit être justifiée. Cette démarche, indique-ton, obéît à la réglementation de la BEAC, dans le cadre de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. «Cela va également de notre sécurité», a indiqué le ministre de l’Economie Jean Marie Ogandaga, qui a aussi rappelé que «la BEAC a la responsabilité de tracer l’origine des fonds. Le gouvernement gabonais met toute en oeuvre afin que notre pays ne soit listé comme un pays de transit d’argent sale». Réagissant à la question portant sur la situation réelle du compte du Gabon à la BEAC, Jean Marie Ogandaga a déclaré que le Gabon n’y avait pas de problème de signature. Cela, dans la mesure où, a-t-il indiqué, il est le détenteur de cette signature du pays à la Banque centrale. En tant qu’autorité monétaire du Gabon, le membre du gouvernement a indiqué être le seul à mouvementer ce compte qui, a-t-il rappelé, est bel et bien approvisionné.

Jean Marie Ogandaga a également signifié que le président de la République ne détient nullement la signature d’un compte de son pays dans une banque, mais que cet exercice échoit au ministre en charge des finances. Tout en marquant son étonnement, le membre du gouvernement a en outre indiqué que le Gabon est un membre contributeur à la BEAC ; et en tant que tel, il est soumis aux textes réglementaires de cette institution bancaire sous-régionale. Intervenant à la question relative aux manques de devises dans notre pays, Jean Marie Ogandaga a expliqué qu’il y a une réglementation de changes mise en place par la BEAC, laquelle entraîne des incompréhensions qu’il faut tout de suite dissiper comme le veut le Premier ministre. Cette réglementation de changes doit être appliquée par les opérateurs, il n’y a pas un problème de devises car nous avons plus de trois mois de couverture, il y a plutôt un problème d’application de la
réglementation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *