Coopération Gabon/FAO : Pour un partenariat redynamisé dans le secteur de la pêche

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

C’est le sens à donner à la rencontre du 30 janvier dernier, entre le coordonnateur du Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique centrale, et le représentant de la FAO au Gabon, Hélder Muteia, avec le nouveau ministre de la Mer et de la Pêche, Prisca R. Nlend Koho.

Cette rencontre qui laisse charrier beaucoup d’espoirs, estiment certains observateurs avertis, devrait permettre de booster le secteur de la pêche au Gabon. Car, malgré une contribution à la croissance économique encore modeste, la pêche et l’aquaculture offrent de nombreuses et importantes opportunités de diversification de l’économie gabonaise. Ce d’autant plus qu’avec une consommation de plus de 30 kg/an et par habitant, le poisson est par ailleurs une source importante de protéines micro nutriments essentiels et contribue de ce fait fortement à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations. C’est au regard de tous ces aspects que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) appuie le gouvernement gabonais dans la mise en oeuvre de plusieurs initiatives en faveur du secteur de la pêche et de l’aquaculture. Dans le but de redynamiser et d’accroître leur partenariat dans ce secteur, le représentant de la FAO au Gabon, Hélder Muteia, s’est entretenu avec le nouveau ministre de la Mer et de la Pêche, Prisca R. Nlend Koho, le mercredi 30 janvier 2018 au cabinet du ministre.

Les échanges entre les deux parties ont été axés sur l’appui de la FAO au Gabon en matière de développement durable du secteur de la pêche et de l’aquaculture. Cet appui s’inscrit dans la vision économique de développement durable du secteur prôné par les autorités gabonaises, et est aligné avec les trois domaines prioritaires de concentration de l’intervention de la FAO au Gabon, identifié dans le Cadre de programmation Pays (CPP 2017-2022). A savoir : le renforcement de la gouvernance institutionnelle et des capacités nationales; la gestion durable des ressources naturelles et le développement des chaînes de valeur durables dans l’agriculture, l’élevage, la forêt, la pêche et l’aquaculture. Pour le secteur de la pêche, ces priorités se déclinent actuellement autour de 4 axes thématiques d’intervention : l’amélioration de la connaissance sur les ressources halieutiques et leurs potentiels d’exploitation durable, ainsi que sur le suivi des performances économiques du secteur ; le développement de plan d’aménagement des pêcheries, en particulier sur les ressources maritimes profondes et sur les ressources halieutiques
continentales ; la lutte contre la pêche illégale non déclarée non règlementée (INDNR), et enfin le développement d’une aquaculture commerciale.

Au cours de ces échanges, le représentant de la FAO au Gabon est revenu sur les initiatives en cours et en perspectives développées dans le cadre des programmes et projets globaux, sous régionaux et nationaux de la FAO pour le secteur. Au terme de cette rencontre, la FAO a réitéré son engagement et sa volonté à accompagner le gouvernement dans la mise en oeuvre de sa politique de développement du secteur de la mer et de la pêche, telle que définie dans le Plan stratégique Gabon émergeant (PSGE) et dans le Plan national de relance de l’économie (PRE).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *