Filière Café-Cacao : Le Café d’Alanga désormais sur le marché

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Le 6 mai, la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab) a lancé officiellement la commercialisation du Café d’Alanga, 100% made in Gabon.

Relancer et redynamiser la filière café-cacao est l’ambition affichée du gouvernement, pour non seulement accroître la production, créer des emplois directs et indirects dans le secteur, et surtout faire ressortir l’excellence des terroirs gabonais.
Dans ce cadre, la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab) a procédé le 6 mai au lancement officiel de la mise sur le circuit commercial du produit ‘’Alanga’’, un café gourmet dit «d’exception», 100% gabonais, issu d’Alanga, situé dans la province du Haut-Ogooué.

Le domaine d’Alanga est un vieux champ de café réhabilité par la Caistab, l’organe public chargé de la culture, l’achat et la promotion de la filière café/cacao, grâce au soutien de la Banque africaine de développement. «La BAD est très heureuse d’avoir accompagné la Caistab avec un don de près de 500 millions de francs CFA pour la relance du café-cacao, et de vivre aujourd’hui le résultat en parti de ces efforts-là, avec l’identification de tout ce que le Gabon peut faire sur cette chaîne de valeur. C’est une invitation à tous les acteurs de contribuer à cette relance, et la Banque africaine se tient prête pour les prochaines étapes», a indiqué le représentant de la BAD au Gabon, Robert Masumbuko.

Désormais, le café 100% Robusta du Gabon, disponible et appréciable sous trois formes, capsules, grain et moulu, sera distribué dans les chaines des magasins du groupe CECA-GADIS et de la société de distribution du Gabon (Sodigab). «Alanga est un produit rare et d’exception, symbole de l’excellence des terroirs gabonais. A travers ce café, nous voulons prouver qu’il est possible de produire du café au Gabon. La Caistab, à travers sa politique de commercialisation, donne la possibilité à tous les profils de consommateurs de se procurer ce café.

«Cette stratégie s’exprime non seulement par la détermination des prix, mais aussi par le choix de notre canal de distribution. Les capsules compatibles Nespreso, Mpari et Odoussou, en boite de 10, sont respectivement au prix de 6000 FCFA et 5500 FCFA. Le moulu Oyeri (250 g) est à 3000 FCFA, tandis que le grain Ambalaha (250g) est à 2500 FCFA», a indiqué Luther Steeven Abouna Yangui, directeur général de la Caistab, au cours de la cérémonie de lancement.

Pour sa part, le ministre de l’Agriculture, Biendi Maganga Moussavou, s’est dit fier des résultats obtenus et en a profité pour réitérer l’ambition du gouvernement de booster ce secteur d’activité. «La présente cérémonie est annonciatrice de jours meilleurs pour nos filières café-cacao, et nous réitérons notre appel aux investisseurs étrangers et nationaux qui souhaitent prendre une part active au processus de relance des filières café et cacao dans notre pays. Nous avons le potentiel d’être un acteur majeur dans la production de café et de cacao de qualité et de très haute gamme», a-t-il indiqué.
La Caistab ambitionne de promouvoir davantage la filière par la création d’une unité de transformation dans le Haut Ogooué, et d’attirer les investisseurs aussi bien nationaux qu’internationaux, pour la pérennisation du projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *