Finances Publiques : La Banque mondiale appelle le Gabon à améliorer la qualité de la dépense publique

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Après avoir observé quelques incongruités dans la gestion des dépenses publiques, la Banque mondiale invite le gouvernement gabonais, à la rationalisation ainsi qu’à la rigueur budgétaire.

Pour l’institution de Bretton Woods, le Gabon devrait ‘‘Améliorer la qualité de la dépense publique pour favoriser une croissance inclusive’’. C’est d’ailleurs le titre éponyme de sa revue des dépenses publiques du pays, qui étudie la qualité des dépenses publiques et leur cohérence avec les objectifs de développement du Gabon. Cette revue se concentre notamment sur les dépenses publiques en matière d’éducation, de protection sociale et de santé. Lesquelles sont cruciales pour le renforcement du capital humain, la réduction de la pauvreté, et le développement socioéconomique.

Le choc pétrolier de 2014 a considérablement réduit la marge de manœuvre budgétaire de l’Etat dans le cadre des dotations consacrées au développement, et a fait du rééquilibrage budgétaire une priorité. Les défis les plus urgents du Gabon en matière de développement sont les taux élevés de chômage, de pauvreté et d’inégalités, ainsi que la croissance démographique souvent plus importante que la croissance économique.

En outre, la récente Enquête gabonaise pour l’évaluation de la pauvreté (EGEP 2) a montré que la pauvreté se situe à 33,4% en 2017 tandis l’indice de capital humain n’est qu’a 0,45. Ce qui veut dire que le potentiel en capital humain n’est exploitable qu’à un niveau maximum de 45%. «Depuis 2014, les déséquilibres budgétaires croissants ont contraint le gouvernement à réduire les dépenses publiques : il est encore possible de rééquilibrer davantage les finances publiques. Les allocations budgétaires devraient privilégier l’accès à des services de qualité en santé et éducation, tout en renforçant le ciblage et la couverture protection sociale non contributive», observe, quant à lui, David Elmaleh, économiste Pays pour le Gabon à la Banque mondiale, et coauteur du rapport.

«Le gouvernement devrait poursuivre les deux priorités suivantes : accroître la marge de manœuvre budgétaire dans la mesure du possible, et améliorer l’efficience des dépenses dans tous les secteurs. Un certain nombre de réformes allant dans ce sens ont déjà commencé et doivent poursuivre leur mise en œuvre, notamment l’introduction de gestion par résultats dans le secteur primaire de la santé et l’adoption d’un mécanisme de ciblage basé sur des indicateurs objectifs de pauvreté pour les Gabonais économiquement faibles (GEF)», affirme de son côté Alice Ouedraogo, représentante résidente de la Banque mondiale pour le Gabon.

L’étude conclut que le gouvernement devrait réduire l’irrégularité des dépenses publiques en matière de services sociaux. Il devrait accroître l’efficacité de ces dépenses, notamment en améliorant l’allocation dans les secteurs sociaux et en rendant ces dépenses plus progressives.
Ainsi, pour la Banque mondiale, l’allocation actuelle privilégie les services tertiaires par rapport aux services primaires. Les systèmes de données ainsi que la gestion des services publics devraient être améliorés. Cela permettrait par exemple dans l’éducation de fournir des informations essentielles pour améliorer les dispositifs et affecter le personnel aux programmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *