Le Gabon marque de précieux points

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Les efforts fournis par le pays dans le cadre de la lutte contre le chômage des jeunes semblent porter leurs fruits.

Alice Ouedraogo. Représentante-résidente de la Banque mondiale au Gabon.

Pour la diversification de son économie trop dépendante des matières premières, surtout du pétrole, le Gabon a misé sur l’amélioration du climat d’investissement, le développement des compétences, et l’accompagnement des petites et moyennes entreprises. Au coeur de cette nouvelle stratégie se trouve l’emploi des jeunes, avec l’organisation d’un concours national de plans d’affaires et d’un hackathon pour aider les jeunes entrepreneurs Dans ce cadre, le pays a mis en place un Projet de promotion de l’investissement et de la compétitivité (PPIC) qui vise à améliorer le climat des affaires, la promotion des investissements et le développement du secteur privé.

Financé par la Banque mondiale, le projet a lancé trois grands axes d’intervention : développer les institutions pour améliorer le climat des affaires; appuyer les entreprises qui contribuent au développement, et coordonner la mise en oeuvre d’un partenariat publicprivé. « L’une des actions du projet pour favoriser le développement institutionnel a été la mise en place d’une agence de promotion des investissements qui agit comme un guichet unique chargé de promouvoir le Gabon comme une destination d’investissement, de simplifier les formalités pour enregistrer une entreprise, et de faciliter l’opérationnalisation des PME », souligne Alice Ouedraogo, représentante résidente de la Banque mondiale au Gabon.

Quatre ans après, les fruits semblent tenir la promesse des fleurs
L’Agence nationale de la promotion des investissements (l’ANPI-Gabon), ainsi que le Registre de commerce et du crédit mobilier (RCCM) ont ouvert leurs portes. Créé dans la foulée, le Haut conseil de l’investissement a facilité le dialogue public-privé, ce qui a entraînél’amélioration de deux indicateurs du rapport Doing Business, qui mesure la règlementation des affaires dans 190 pays. Cela a aussi favorisé la mise en oeuvre des réformes liées au règlement de la dette. Par ailleurs, le financement d’un nouveau bâtiment de la Chambre de commerce permet maintenant l’hébergement de trois nouveaux centres de services aux entreprises : le Centre
de gestion agréé, le Centre de médiation et d’arbitrage, et la Bourse de la sous-traitance.

La Chambre de commerce abritera aussi un Centre d’affaires pour les femmes entrepreneures, qui mettra à leur disposition divers services, notamment d’orientation et de conseil, de mise en réseau et de financement. Enfin, l’appui direct au développement des entreprises, à travers des initiatives comme le Concours national du plan d’affaires, a permis d’identifier des entrepreneurs innovants et prometteurs et de les accompagner dans le développement de leurs entreprises à travers des formations, des subventions directes, du mentorat et du réseautage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *