Pétrole : Un plan d’action pour la redynamisation du secteur

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Pour pallier aux effets de la baisse du prix du baril de pétrole sur l’économie gabonaise, le pays a mis en place un plan stratégique d’exploitation et de valorisation durable de cette matière première, d’une durée de 5 ans.

Depuis la chute du prix du baril de pétrole dans le monde, la crise économique a atteint son paroxysme, notamment dans les pays pétroliers comme le Gabon, où la tendance baissière de la production pourrait laisser croire en la voie ouverte vers la fin de l’ère pétrole. Pour éviter cela, et permettre la redynamisation du secteur, le pays a mis en place un plan stratégique d’exploitation et de valorisation durable de cette matière première. Pour le compte de l’année 2018, la production pétrolière nationale s’est située autour de 71 000 000 barils, soit 9,72 millions de tonnes métriques. Des chiffres bien loin du pic enregistrés en
1997, où l’économie gabonaise brillait de mille feux. Pourtant, le secteur continue d’être le premier pourvoyeur des recettes du pays.

Au-delà de la situation globalement morose du secteur pétrolier dans le monde, au Gabon, l’or noir reste la première source de revenus de l’Etat. Pour le compte des neuf premiers mois de l’année 2018 par exemple, les recettes pétrolières se sont chiffrées à 450 milliards de FCFA. Un montant que le gouvernement voudrait ramener à la hausse pour une réelle croissance de l’économie gabonaise. Selon le ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures, Pascal Houagni Ambourouet, la solution
pour que le pétrole continue d’être un pilier important de l’économie gabonaise, malgré la tendance baissière à la production, est de respecter les orientations du plan stratégique d’exploitation et de valorisation durable de cette matière première. Un plan qui s’articule autour de deux axes majeurs : « renforcer la dynamique d’ouverture sur la marché mondial et le développement des partenariats, afin de stimuler la promotion du domaine pétrolier libre, et le développement des découvertes d’hydrocarbures». Du fait de la durée de ces travaux, qui pourrait atteindre 5 ans, le pays travaillera de façon parallèle au redéveloppement des champs matures
et à la mise en production des découvertes de tailles petite et moyenne, telles que celle du champ tortue de BWE et de Perenco.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *