Produits Pétroliers : La lutte contre la fraude fait gagner 391 millions FCFA à l’Etat

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Selon la CAISTAB, ces économies ont été réalisées au bout de six mois de mise en oeuvre d’un nouveau système de géolocalisation et de contrôles des produits pétroliers, principalement le pétrole lampant.

Au moment où la situation économique et financière du Gabon est toujours mal en point, toutes les activités permettant à l’Etat d’économiser le moindre franc sont bienvenues. Raison pour laquelle les responsables de la direction générale de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) du Gabon ont annoncé récemment avec fierté les résultats positifs engrangés dans le cadre de la lutte contre les fraudes dans le commerce des produits pétroliers. Uniquement sur le réseau de Libreville, entre juin et décembre 2018, l’Etat a ainsi pu réaliser une hausse d’un peu plus de 391 millions FCFA en termes de gains sur la vente des produits pétroliers. De manière plus précise, l’on indique que ces économies représentent 65,6 millions FCFA en termes de péréquation et quelque 325,5 millions FCFA en termes de stabilisation du pétrole lampant. Les quantités de pétrole lampant livrées entre 2017 et 2018 ont chuté de 40%, passant de 5,8 millions de litres à 3,5 millions de litres. «La subvention de l’Etat sur le pétrole lampant étant de 172,78 francs par litre, c’est environ 325 millions de francs CFA d’économie réalisée par l’Etat en six mois dans ces trois communes », a précisé la CAISTAB.

Renforcement des mesures de contrôles
Selon les autorités gabonaises, ces résultats sont principalement dus à la décision du gouvernement de renforcer les mesures de contrôles afin de lutter contre la fraude sur les produits pétroliers, qui fait perdre des revenus substantiels à l’Etat gabonais. Il a en effet été mis en place un nouveau système de géolocalisation et de contrôles. Les agents chargés de ce travail ont effectué de nombreux contrôles inopinés qui ont permis de mettre hors d’état de nuire les gérants de stations-services et les opérateurs économiques impliqués dans la vente illicite des produits pétroliers. La géolocalisation des camions de transport de ces produits a également permis d’aboutir à ces résultats. Les axes routiers du Gabon sont truffés de points de vente illicite, entretenus par certains employés des sociétés de
transport agréées dans le pays. De nombreux cas de détournement de destination finale des cargaisons sont constatés. La CAISTAB indique à ce sujet que les industriels sont par exemple livrés en carburants à partir des stations-service, ce qui ne devrait pas être le cas. Par ailleurs, plusieurs acteurs de la filière distribution des carburants usent de pratiques visant à augmenter leurs marges bénéficiaires.

Réduction des pertes financières
Les actions de l’Unité itinérante de contrôle (UIC) de la CAISTAB sont donc à saluer. Il s’agit d’interdire de manière systématique les approvisionnements des industriels à partir des stations-service, de veiller au respect des cuves dédiées pour chaque produit lors des opérations de dépotage en stations-service, et d’éradiquer tous les points de vente illicite des carburants dans le pays. «L’objectif visé par ces actions est de réduire les pertes financières de l’Etat sur ces produits sensibles, d’assurer la sécurité des consommateurs et de tous les usagers utilisant ces produits, améliorer la qualité des produits pétroliers vendus en station-service», a expliqué la Caisse de stabilisation et de péréquation dans un communiqué datant du 14 février. Après Libreville et sa banlieue (notamment les communes d’Akanda et d’Owendo), la direction générale de la CAISTAB entend étendre l’action de l’Unité itinérante de contrôles sur l’ensemble du territoire gabonais, en commençant pas la ville-pétrolière de Port-Gentil, afin d’y limiter les pratiques frauduleuses sur les produits pétroliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *