Secteur bancaire : en juillet 2018, la BEAC a injecté 19,3 milliards de FCFA dans le système bancaire gabonais

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Durant les mois de juin et de juillet 2018, les opérations principales d’injection de liquidité de la BEAC au système bancaire sous-régional se sont élevées à 272,9 milliards FCFA, contre 283,2 un mois plus tôt.

Au cours de cette période sous revue, la situation des opérations principales d’injection de liquidité par pays est très variable. Au Cameroun, l’encours moyen mensuel desdites avances aux établissements de crédit s’est notablement accru. Il s’est hissé à 40,6 milliards FCFA en juillet 2018, contre 26,5 milliards un mois auparavant. La BEAC a expliqué cette évolution par un accroissement des besoins de liquidité d’un établissement de crédit. En Centrafrique, le volume moyen a plus que doublé et est resté marginal. Passant de 43 millions FCFA en juin 2018, à 96 millions en juillet 2018. Pour ce pays, ce concours répond au besoin de liquidité d’un seul établissement de crédit. Au Congo, le montant moyen s’est élevé à 54,7 milliards en juillet 2018 contre 51,4 milliards FCFA, un mois plus tôt, en hausse de 6,40%.

Dans le cas du Gabon, l’encours moyen mensuel a connu une légère baisse. Il est revenu de 19,7 milliards FCFA en juin 2018 à 19,3 milliards en juillet 2018, avec essentiellement un établissement de crédit recourant régulièrement à cette opération. En Guinée Equatoriale, le montant moyen a décru à 130,8 milliards FCFA en juillet 2018, contre 147,6 milliards FCFA en juin 2018, servi à un seul établissement de crédit. Au Tchad, l’encours moyen s’est abaissé à 27,3 milliards en juillet 2018, contre 38 milliards un mois auparavant. Cela, en liaison avec la non-participation d’une banque aux enchères hebdomadaires de ce mois. Augmentation des facilités permanentes des opérations de prêt Durant la période sous revue, le volume moyen des avances au titre des opérations de prêt marginal a considérablement augmenté. Il est passé de 595 millions en juin 2018 à 28,2 milliards FCFA en juillet 2018.

Cette évolution est liée à la réduction par le Comité du marché monétaire, au mois de juillet 2018, du montant alloué au titre de l’opération principale d’injection de liquidité. Mais aussi à l’absorption de plus de 40% de ce montant par une banque installée en Guinée Equatoriale. Ces interventions ont été sollicitées par les établissements de crédit implantés au Cameroun (7,2 milliards FCFA), au Congo (1,1 milliard), en Guinée Equatoriale (12,1 milliards) et au Tchad (7,8 milliards FCFA).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *