Transport de Masse : Le Gabon mise sur l’expertise chinoise

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Baptisé « Grand Libreville », le projet de diversification des moyens de transport tenant compte du respect des normes environnementales, a été expliqué aux investisseurs chinois réunis dans la région administrative spéciale de Macao, par le ministre des Transports Justin Ndoudangoye.

Véritable goulot d’étranglement de l’action du gouvernement, la question du transport de masse nécessite des actions concrètes et durables. Le gouvernement Julien Nkoghe Bekalé semble en avoir bien conscience. C’est du moins ce que l’on peut retenir des activités qui ont marqué le récent séjour du ministre des Transports et de la logistique, Justin Ndoudangoye, en Chine, dans le cadre du 10ème forum international sur la construction des investissements et des infrastructures, du 30 mai au 1er juin. Au cours de cette grande messe qui a réuni plusieurs multinationales chinoises, l’intervention du membre du gouvernement a été axée sur le « développement coordonné des transports et les métropoles », à travers un projet dénommé ‘’ Grand Libreville’’. Celui-ci met en relief les moyens de transport à mettre en place afin de faciliter la mobilité des personnes et des biens entre la capitale gabonaise et les villes voisines d’Akanda et d’Owendo. Mais aussi à la ZES de Nkok et au futur aéroport.

Le but étant, entre autres, de limiter la mobilité des automobiles personnelles, la pollution de l’air, tout en mêlant confort et sécurité par l’usage de moyens de transport modernes tels que le taxi, l’autobus, le train ou l’avion. «Ce projet relèvera le niveau de la coopération déjà dynamique entre le Gabon et la Chine», assure le ministre des Transports. En marge du forum, le membre du gouvernement a co-présidé, dans la ville de Guangzhu, une importante séance de travail avec les patrons du groupe Norinco International. Il s’est agi pour les deux parties d’évaluer le niveau de conception d’un projet de Tramway évoqué en marge du dernier « Sommet Chine-Afrique » par le président de la République Ali Bongo Ondimba. Il en ressort que quatre éléments sont indispensables à la finalisation de l’étude globale nécessaire à la signature du contrat commercial d’ici fin septembre, avant le lancement des travaux. Notamment le type de posage de la voie, l’aménagement des stations et du dépôt de maintenance des rames, la définition du type de véhicules, la préservation de l’environnement.

Le ministre des Transport et de la Logistique et sa délégation ont été invités à visiter les installations du groupe Norinco International, spécialisé dans l’industrie des transports, notamment ferroviaire et constructeur de près d’une cinquantaine de réseaux de transports publics de masse dans le monde.
Notons, toutefois, que ces dernières décennies, l’expertise chinoise a fait ses preuves au Gabon, avec la construction des stades d’Angondjé, de Franceville, Oyem et Port-Gentil ; des infrastructures scolaires, hospitalières, des sièges du Senat, et de l’Assemblée nationale, de Gabon télévision et de la route Port-Gentil Omboué, en cours de finition. «À la grande satisfaction des gouvernements gabonais et chinois, le niveau progressif des accompagnements financiers et techniques chinois illustre parfaitement les efforts fournis par le Gabon dans la réalisation de certaines infrastructures d’intérêt collectif», a relevé Justin Ndoudangoye.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *