Zone CEMAC : La BEAC se veut rassurante à propos des critères macroéconomiques

Partager...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

C’était à la faveur de la première réunion ordinaire de l’année de son Comité de politique monétaire (CPM), tenue le 21 mars 2019 à N’Ndjamena au Tchad.

Placée sous la présidence d’Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la BEAC, et par ailleurs son président statutaire, cette première rencontre du CPM de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a permis d’évaluer les perspectives macroéconomiques mondiales et sous régionales en 2019.
Ainsi, au plan international, la croissance économique mondiale en 2019 devrait demeurer modeste, en rapport avec le ralentissement attendu dans certaines économies avancées et pays émergents et en développement.

Cela, sous l’effet du durcissement des conditions financières, de l’essoufflement du soutien apporté par les politiques publiques dans les économies avancées, de l’impact des droits de douane appliqués entre les Etats-Unis et la Chine, et de la sortie éventuelle sans accord du Royaume-Uni de l’Union européenne.
Au niveau sous régional, le CPM a passé en revue la situation économique et monétaire récente de la CEMAC, ainsi que les perspectives à court terme. En 2018, l’activité économique des pays membres a été marquée par la hausse du prix du baril de pétrole brut, l’augmentation de sa production dans certains pays, et le dynamisme du secteur non pétrolier, conjugués avec la poursuite des réformes macroéconomiques et structurelles par les Etats de la sous-région.

Les prévisions pour 2019 tablent sur un taux de croissance de 3,2%, contre 1,7% en 2018; une stabilisation des pressions inflationnistes avec un taux d’inflation à 2,1%; un excédent du solde budgétaire base engagements, dons compris, de 0,9% du PIB, contre un déficit de 0,7% du PIB en 2018.
La BEAC note également une aggravation du solde du compte courant extérieur passant de 1,6% du PIB en 2018 à 5,0% en 2019, et enfin une expansion de la masse monétaire de 3,8%, pour un taux de couverture extérieure de la monnaie qui se situerait autour de 65,7% en 2019.

Tenant compte de ces perspectives macroéconomiques, après analyse du fonctionnement du marché monétaire, le CPM a décidé de maintenir inchangé le taux d’Intérêt des Appels d’Offres à 3,50%; le taux de la facilité de prêt marginal à 6,00%; le taux de la facilité de dépôts à 0,00% ; le taux de pénalité aux banques à 8,30% ; les coefficients des réserves obligatoires à 7,00 % et 4,50 % sur les dépôts à vue et à terme respectivement.
Enfin, le CPM a pris acte de l’entrée en production officielle de la centrale des bilans de la Cemac, qui participera de l’amélioration de la disponibilité et de la qualité de l’information financière sur les entreprises non financières, gage d’un meilleur accès aux financements bancaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *