Interdiction des voitures thermiques en 2035 : « On ne peut pas dire que la voiture électrique est idéale », tempère un économiste

« L’enjeu pour l’Europe est de pouvoir faire de cette transition vers l’électrique une opportunité de développement économique », estime sur franceinfo l’économiste Flavien Neuvy.

« On ne peut pas dire que la voiture électrique est idéale », a déclaré sur franceinfo Flavien Neuvy, économiste et directeur de l’Observatoire Cetelem, lundi 6 juin, alors que les eurodéputés doivent voter cette semaine l’interdiction de la vente de voitures thermiques neuves en 2035 dans l’Union européenne. Cette mesure fait partie du « paquet climat » débattu cette semaine au Parlement européen. « Les constructeurs le feront », explique-t-il en évoquant cette transition vers l’électrique, mais plusieurs questions se posent selon lui, dont « l’accessibilité de ces véhicules » et la « concurrence de la Chine ».

Pourquoi ce texte est-il si difficile à faire voter ? Je ne connais pas les rapports de force au Parlement européen. Je sais que si les constructeurs doivent vendre des voitures 100% électriques, ils le feront. La question est surtout de savoir si elles seront accessibles à tout le monde. Quand on voit que les cours du cobalt, du nickel ont doublé en un an, que le lithium s’envole, on peut se demander quel sera le prix d’une voiture électrique en 2035 quand il n’y aura que ça. La deuxième question concerne l’emploi. Beaucoup d’équipementiers sont spécialisés sur la fabrication de moteurs thermiques. Dans 15 ans, s’il n’y en a plus, si vous fabriquez des boulons pour des moteurs, vous n’allez pas vous mettre à fabriquer des batteries.

Aujourd’hui, 77% des capacités de production de batteries électriques sont en Chine. La Chine a 20 ans d’avance dans ce domaine. Donc ce sera destructeur d’emplois pour l’industrie automobile, il faut s’y préparer. Et puis d’un point de vue environnemental, pour que la voiture électrique soit zéro émission, il faut que l’électricité produite soit décarbonée. Ce qui est loin d’être le cas dans plusieurs pays d’Europe. Sans compter que fabriquer des batteries, cela émet du CO2, il faut des terres rares, aller chercher du cobalt et du lithium, ce n’est pas neutre pour l’environnement. Ce sont des choix politiques. On ne peut pas dire que la voiture électrique est idéale d’un point de vue environnemental. Elle a tout de même un avantage incomparable sur la qualité de l’air dans les villes.

Laisser un commentaire